Continuité écologique des cours d’eau

La continuité écologique, dans une rivière, se définit par la possibilité de circulation des espèces animales et le bon déroulement du transport des sédiments. La continuité entre amont et aval est entravée par les obstacles transversaux comme les seuils et barrages, alors que la continuité latérale est impactée par les ouvrages longitudinaux comme les digues et les protections de berges.

ouvrage

La mise en œuvre du SDAGE 2010-2015 et l’intégration de différentes réglementations européennes dans le droit français (LEMA de 2006) ont conduit intégrer dans le code de l’environnement les enjeux liés à la continuité écologique.

Cela s’est traduit en 2012 par l’apparition de nouveaux classement des cours d’eau. Le Préfet coordonnateur de bassin Loire-Bretagne a pris des arrêtés de classement des cours d’eau en liste 1 et en liste 2 au titre de l’article L.214-17 du Code de l’environnement (signés le 10 juillet 2012).

Les bassin versants de la baie de Douarnenez sont partiellement concernés par ces classements (voir détail ci-dessous) :

Liste 1 Le Kerloc’h de la source à la Mer
L’affluent du Kerloc’h situé en rive gauche entre les lieux dits »le vichoux » et « le manoir de Kerdreux » de la source à la confluence avec le Kerloc’h
Le Kerharo de sa source à la mer
L’Aber (de Crozon) de la source jusqu’à la mer
Le Pentrez du pont de la route communale au lieu-dit Guern Bihan (St-Nic) jusqu’à la mer
Le Plomodiern (Lestrevet) du moulin l’Abbé (Plomodiern) jusqu’à la mer
Le Lapic du pont Bécherel (Plonévez-Porzay) jusqu’à la mer
Le Névet du pont de « Kernogant » (Guengat) jusqu’à la mer
Le Ris du moulin de Kerflous (Le Juch) jusqu’à la confluence avec le Névet
Le Stalas du pont du CV de Pouldergat à Trézent (Pouldergat) jusqu’à la mer
Le Moulin de Kervern du pont de la RD765 (Douarnenez) jusqu’à la mer
Liste 2 Le Lapic du pont Bécherel (Plonévez-Porzay) jusqu’à la mer

Une étude menée entre 2009 et 2011 sur 23 cours d’eau du territoire a montré la présence de 995 ouvrages hydrauliques pour environ 380 km de réseau hydrographique dont une majorité est associée à des franchissements de voiries (publiques et privées) et des accès aux propriétés.

Les cours d’eau du Cap-Sizun et de la Presqu’île de Crozon n’ont pas encore bénéficié d’une telle étude.